Car "surfer" en ces lieux vous plongerait dans les noirs méandres de la confusion humaine, du doute existentiel et de la recherche éperdue et désespérée de ce qui n'existe pas tout en étant cependant vital, car le Beau est toujours à venir et le Grand toujours inaccessible.
Etes-vous un familier des sombres penseurs germaniques, des compositeurs à la fougue parthénopéenne, des écrivains décadents ? Etes-vous un Sigisbée déçu, un orgueilleux bléssé, un humble piétiné, un aristocrate déchu, un ange lugubre, un démon tourmenté ? Etes-vous le geôlier de vous-même , celui que l'on ne voit pas et qui voudrait être partout, celui qui hurle et que l'on entend pas, qui souffre et que l'on ignore, qui meurt sans le regard des autres...?

Etes-vous un coeur ardent, capable de s'enflammer devant les excès de la Vie, la fureur des océans, le cri assourdissant des tempêtes, les laves en fusion et les sombres forêts nordiques ? Avez-vous le sentiment que le Prodigieux est à votre portée et, inéxorable et simultané, celui de votre incapacité à l'atteindre ?
Etes-vous un ami intime des imaginatifs atrabilaires peu habitués aux folles réjouissances de l'Existence ? Etes-vous épris de seismes en tous genres, de tempêtes enragées, d'ires vésuviennes, de cris d'effroi et de claquements sinistres dans les voitures de la Nef des Fous ?
Cette visite est alors inévitable...dussiez-vous en ressortir plus misérable que Job et plus désabusé que Diogène le Cynique !